La chute du modèle Allemand

Nombre d'économistes mettent en garde concernant la chute du modèle Allemand. De quoi s'agit-il exactement ? La fin d'un modèle dopé à la mondialisation et à l'export, travaillant à maintenir des salaires bas pour assurer la compétitivité de ses produits et profitant de l'Euro. Si on ajoute à cela le fait qu'une bonne partie de l'industrie Allemande vend à la fois en Europe et en Chine, on peut s'attendre à une crise plus sévère qu'en 2008 pour l'industrie Allemande.

Les bras de fer avec l'Italie ne tournera à l'avantage de personne. En réalité, la question de l'Euro, centrale dans l'échec de la relance Européenne, refuse d'être regardée avec intelligence par les Allemands, arc-boutés sur des critères de stabilité qui ne valent pas mieux que l'ornière de l'inflation à l'époque de Jean-Claude Trichet à la BCE, qui n'a pas vu venir ni la crise ni l'effondrement de l'europe du sud qui a résulté de l'envol de l'Euro.

Tout ceci pour dire que le bras de fer est finalement entre France et Allemagne, et il devrait tout naturellement tourner à l'avantage des français s'ils savent manœuvrer intelligemment. Il faut les Euro-bonds sans quoi l'Euro comme monnaie unique est mort. Il faut aussi pouvoir ré-investir les excédents du nord de l'Europe dans le Sud sans quoi l'effondrement du niveau de vie, tel qu'il est observé en Italie depuis 10 ans, ne conduira qu'à l'éclatement et à la fuite de capitaux en direction de la zone $ comme dans les années 30.

Si on ajoute aux contradictions internes de la zone euro l'activisme de Trump pour affaiblir l'Allemagne, le cocktail est dangereux : il nécessite des réponses rapides de la part des politiques, et une prise de conscience qu'un maintien du statu-quo conduira à une débâcle.

Commentaires

Articles les plus consultés